05/07/2011

Soleil couchant

Et voilà que je me reproche de délaisser mes jolies Barbie !
Le temps m'offre des découvertes ensorcelantes, des poupées aux allures de mannequins vivants, des visages émouvants, des tenues raffinées. Les jours, les semaines, les mois s'écoulent sans que je trouve jamais le temps -à moins que ce ne soit le plaisir initial qui me fuit- de jouer de nouveau avec la famille Barbie. Ingrate collectionneuse qui papillonne de Tonner en Fashion Royalty, qui rêve de Fashion Doll Agency et s'inquiète des dernières Sybarites... Bien sur, au fil des ans ma collection "monte en gamme", mais est-ce une raison pour oublier mes premières dolls, les attachantes, surprenantes et jamais égalées, les Barbie de Vinyl qui m'ont fait si souvent rêver ?

Aujourd'hui il faisait chaud dans le jardin désolé par l'absence de pluie. Mais l'air était joyeux et plein de rires et de promesses. Alors, j'ai installé quelques demoiselles sur les vieux fauteuils , à l'ombre du grand cèdre. Pour l'occasion chacune avait décidé de se déguiser en fille des années 70 et pour parfaire leur image faussement décalée, elles avaient amené leur nécessaire de survie : un panier de pique-nique aux longues anses usées, un transistor d'un autre âge et quelques magasines jaunis. Et pendant des heures, elles ont humé le parfum de la liberté, se sont laissé griser par l'éclat du soleil couchant, puis se sont allongées sur un semblant de mousse, si fraiches et si belles, étonnamment heureuses et subtilement complices, bavardes et rieuses, généreuses et légères....











On peut cliquer sur les photo pour les agrandir.
Click to enlarge, of course...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire